Floriane Impala, La Brigade du Surnaturel - tome 1 : Limbus patrum, Éditions ActuSF, label Naos, 21 mai 2021

Publié le par Maude Elyther

couverture par Zariel

couverture par Zariel

4ème de couverture

Quand un inconnu s’introduit dans son appartement, la vie de Claire Desfontaine bascule. D’abord sur le canapé, puis sur le siège en cuir d’une berline années 60 pour un road trip sanglant vers les limbes. Car le bellâtre qui vient de braquer son intimité n’est pas de ceux à qui l’on refuse sa main : envoyé par le Big Boss des Enfers lui-même pour résoudre une affaire de meurtres en série parmi ses ouailles démoniaques, il est bien décidé à faire de Claire, inspectrice de la Brigade de la Magie et du Surnaturel, sa coéquipière.

Il faut dire qu’elle est la meilleure et que le chronomètre est serré...

Et pendant que ce duo improbable arpente les ponts entre les mondes à la recherche du cinglé qui saccage les demi-dieux, la terre continue de sombrer lentement dans le chaos des Surnat’, ces humains contaminés par une magie vicieuse qui les dope à l’extase avant de les shooter à la folie.

Et rien, à part le Smith & Wesson et les deux doigts de l’inspectrice Desfontaine, ne semble en mesure d’arrêter ce carnage.

Entre un Kill Bill, un Buffy et un American Gods passés à la bombe fluo de la romance, ce tome 1 de La Brigade du Surnaturel assaisonne tous les clichés du genre pour en tirer un cocktail de première main : une traque mythologique, des ébats torrides, des High Kick plus convaincants que ceux de Bruce Lee et un art de la punchline qui pimente l’Urban Fantasy de cette enquête démoniaque.

Floriane Impala, La Brigade du Surnaturel - tome 1 : Limbus patrum, Éditions ActuSF, label Naos,  21 mai 2021

Avant-propos

Tout d’abord, je remercie Jérôme et les Éditions ActuSF pour l’envoi de ce service presse ! La sélection du mois de mais a été difficile au vu de tous les titres qui me faisaient envie. Mais une lecture plus « légère » me tentait bien, quelque chose de plus girly, alors j’ai jeté mon dévolu sur ce premier opus des Brigades du Surnaturel et je n’ai pas regretté !

Je ne lis que rarement de l’urban fantasy, aussi je ne pourrai pas « juger » de la pertinence de ce titre. Néanmoins, Floriane Impala nous offre une histoire avec bien plus de profondeur que ne pourrait laisser paraître ce binôme antagoniste : une acharnée du travail avec un Incube bellâtre. Ajoutez à cela la rencontre avec plusieurs dieux et déesses de diverses cultures, Satan lui-même (si si), une bonne dose d’humour, une écriture qui décoiffe la crinière et vous aurez un cocktail très sympathique, idéal et sans prise de tête pour un moment cocooning.

Je vous en dis plus ci-dessus, avec, comme d’habitude, la conclusion en gras tout en bas de l’article 😉

Mots clefs

Urban fantasy – young adult – flic – enquête – polar – binôme – mythes – Enfer – magie – pandémie magique – dieux et déesses – cosmogonies – romance – érotisme – incube – pacte – Âme – humour – girly – féministe – punchy – communauté surnaturelle – mondes parallèles – drames personnels – rock’n’roll

Floriane Impala, La Brigade du Surnaturel - tome 1 : Limbus patrum, Éditions ActuSF, label Naos,  21 mai 2021

Claire Desfontaine

À vingt-sept ans, Claire est une inspectrice de la BMS, elle aime son café au lait de riz, sirop d’érable et cannelle, et voue une relation fusionnelle à son arme de service qu’elle ne quitte jamais. Voilà 3 ans qu’une pandémie magique touche les êtres humains, qui deviennent fous avant de littéralement exploser en phase terminale. La magie existe et c’est au travers de cette infection contagieuse qu’elle s’est révélée aux yeux de l’humanité. Le job de la BMS ? éliminer les IT, les individus en phase terminale, avant qu’ils ne contaminent ou cause des dégâts collatéraux humains.

Mauvais karma

Claire est douée, son patron faisant même office d’image paternelle. Seulement voilà, nous la rencontrons lors d’une mission où tout foire. Elle échappe in extremis à la mort et à la contamination, avec sur les épaules et la conscience la perte de son équipe entière. La jeune femme se reclut chez elle. Pourtant, son mauvais karma n’en a pas fini : il y a quelqu’un dans son appartement ! À cran, elle déclenche les hostilités en tirant sur l’individu, un bellâtre aux allures vikings. Elle se retrouve alors à faire face entre les policiers à sa porte, alertés par les voisins qui ont entendu le coup de feu, et entre Keziah, l’homme entré chez elle qui se trouve en réalité être un Incube.

Nouvelle affaire

Si les humains connaissent l’existence de la magie, ils sont loin de se douter de celle des autres mondes, et donc de la présence de démons, demi-dieux et compagnie. Pourtant, Claire n’est pas troublée plus que cela lorsque Keziah lui révèle sa nature. Et l’on comprendra plus tard pourquoi, tout comme sa volonté de travailler au sein de la BMS lorsque la magie a été découverte. Mais revenons-en au fait : que fait un démon du sexe dans son appartement ? Eh bien croyez-le ou non mais elle a été choisie par Satan lui-même pour investiguer sur une affaire touchant des Surnaturels. Perplexe et méfiante, Claire se retrouve embarquée malgré elle dans cette affaire qui la dépasse.

Mythologies

Alors que Keziah lui est collé d’office comme binôme dans cette enquête, elle va découvrir que les Surnaturels côtoient les humains, que les mondes se superposent. Vous rêviez de croiser des divinités issues de diverses mythologies ? Vous serez comblé.e.s car ici vous pourrez découvrir en sus de Satan, Lilith, Freya et ses chats, un golem, un ange, Yggdrasil l’Arbre de Vie, ou encore… des cochons volants. Et aussi une chimère toute mignonne. Ces mondes parallèles sont comme des strates : ils se superposent au notre.

Architecture

Pour leur enquête, Keziah conduit Claire dans plusieurs lieux : le club de Lilith, le bureau de Satan, la demeure de Freya et d’Odin, ou encore son propre manoir à la campagne. Par le biais de l’éducation de sa mère, Claire nous décrit les lieux du point de vue architectural. Bâtiments, colonnades, tableaux, fresques, mobiliers… Cela donne une touche esthétique mais surtout hétéroclite, ce qui sied à merveille à la référence de superposition des strates, des âges qui se mêlent.

La voix aux personnages

Le récit est donc écrit à la première personne. Si l’autrice donne davantage de voix à Claire, quelques chapitres se révèlent être du point de vue de Keziah, plutôt au début du roman. Ce qui montre à entrapercevoir sous leur masque. Car derrière la froideur et la rigidité de Claire, il y a une sensibilité à fleur de peau. Sous la surface enjouée et séductrice de Keziah, il y a des failles, des blessures. Comme pour donner plus d’envergure à cela, Floriane Impala retourne le manichéisme : aucune intention des demi-dieux et autres créatures n’est blanche ou noire, toutes découlent de leurs émotions, exacerbées.

Sexytude mais pas que

Le duo Claire/Keziah est tantôt explosif, tantôt touchant et drôle aussi. Entre cette Claire Randall inspectrice et ce Jamie Fraser séducteur et immortel, la séduction sourde. D’autant plus que Keziah est un Incube. Il se nourrit de l’énergie vitale via un baiser, une étreinte ; il peut même entrer dans les rêves. Alors oui, l’autrice présente plusieurs scènes sexy mais il n’y a pas de conclusion, les deux personnages ne tombent pas dans un jeu malsain, ni ne tombent éperdument amoureux. Ils s’apprivoisent, se découvrent, tout comme ils le font avec eux-mêmes. Car cette enquête qui les lie les confronte surtout à eux-mêmes. Alors que son Âme est mise en jeu, Claire devra offrir le pardon. Quant à Keziah, il souffre de n’être considéré que comme un démon du sexe, dont les choix ne peuvent aller à l’encontre de ses supérieurs dont la punition est amère.

Girls Power !

Malgré ses 600 pages, l’histoire nous embarque sans temps mort, proposant son lot de découvertes, d’actions, d’êtres mythologiques, d’échanges cinglants qui nous régalent à chaque chapitre. Polar, urban fantasy, pandémie magique, démons et co, humour, Floriane Impala propose en plus une touche féministe pour ce roman très girly. Si Claire se montre indépendante, ne veut pas se faire dominer par un homme, le discours s’axera sur une égalité des sexes, une harmonie entre deux individus. En tout cas, pour Claire, refuser qu’un homme lui ouvre la porte ça ne sonne pas avec le féminisme ! Quant aux personnages secondaires, les femmes fortes sont également en force ! À commencer par Lilith, Lilith nostalgique, amoureuse et capricieuse. Mais aussi la mère de Claire, veuve et matriarche, ou encore l’une des sœurs de Claire, une brillante étudiante.

Grains de sable dans les rouages

Bien que cela lui cause des soucis dans les mondes parallèles, Claire garde sa tête brûlée et ne compte se plier à rien ni personne. Surtout pas avec Satan avec lequel elle a des comptes personnels à rendre. Et alors qu’elle doit côtoyer démons et demi-dieux, envers lesquels elle n’éprouvait hier encore que mépris et colère, elle entre cependant dans leur monde, les cernant un peu, juste assez pour les voir et les considérer autrement. Pourtant, Keziah est sous la coupe de Satan, elle ne peut lui faire réellement confiance. C’est justement cette notion de confiance qui les rapproche et les éloigne à la fois, rendant très crédible leurs rapports. Et si en plus l’ex de Claire vient ajouter son grain de sel…

En bref : vous adorez la série Lucifer, Buffy et Spike, Judy Hopps de Zootopie, les personnages issus de diverses mythologies, l’humour et le non-manichéisme ? Alors lancez-vous dans la lecture de ce premier opus des Brigades du Surnaturel ! Floriane Impala nous embarque à tombeau ouvert dans les mondes parallèles où vivent demi-dieux, démons et compagnie. Claire, inspectrice froide, doit faire équipe avec Keziah, un Incube. Tous les deux ont été missionnés par Satan himself pour enquêter sur la pandémie magique qui touche à présent les Surnaturels.

Polar sexy mêlant urban fantasy avec des êtres mythologiques et humour, l’autrice fait de Limbus patrum un récit plus que girly : féministe. Et si être féministe c’était simplement prôner l’égalité ?

Série Lucifer

Série Lucifer

Vous aimerez aussi :

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article